Auguste Nicolas Cain 1821-1894
Né à Paris en 1821, Auguste-Nicolas Cain fait d’abord son apprentissage chez son père, boucher. Son passage à la sculpture a commencé par une formation formelle sous Alexandre Guionnet (actif 1831-1853), un sculpteur ornemental, puis avec François Rude (1784-1855) pour une période indéterminée avant 1852. Au cours des années 1840, Cain a fourni des modèles pour les éminents joailliers parisiens Fannière Frères et, en particulier, Frédéric-Jules Rudolphi (actif 1841-c. 1867), pour qui il dessine des décors pour poignards, presse-papiers et cannes. Il fait ses débuts au Salon en 1846 en tant qu’animalier avec le petit groupe de cire, Warblers Defending Their Nest against a Dormouse . Ses soumissions ultérieures au Salon sont des bronzes de petite taille qu’il coule dans la fonderie de l’animalier Pierre-Jules Mêne (1810-1879). L’association de Caïn avec les Mêne bien établis s’est avérée longue et fructueuse. Il épousa la fille de Mêne en 1852 et édita son propre travail à petite échelle dans l’atelier-fonderie de son beau-père, qu’il reprit, avec la résidence familiale, à la mort de Mêne en 1879. Les relations étendues de Mêne apportèrent rapidement à Cain plusieurs importantes commandes gouvernementales, à commencer par un Vautour brun dévorant un serpent, dont le modèle en plâtre fut commandé par le ministre de l’Intérieur en 1849, coulé en bronze l’année suivante par le fondeur Gonon, qui le fondit ensuite en quatre exemplaires comme supports d’un colossal table en porphyre pour le Musée des Antiquités Egyptiennes au Louvre.
La carrière de Cain en tant que sculpteur monumental s’est poursuivie dans et au-delà du Second Empire, lui apportant des commandes pour, entre autres, des reliefs pour décorer un chenil impérial (1860-1863) ; un vautour sauvage en bronze sur la tête d’un sphinx, placé à l’origine dans le Jardin des Plantes (1864, maintenant sur une place publique, Thann, France); et un Rhinocéros attaqué par des tigres pour le Jardin des Tuileries (1874-1882). À partir des années 1860, il exécute une série remarquable de lions et de tigres monumentaux comme décoration de jardin et d’architecture : une famille de tigres présentée en plâtre à l’Exposition universelle de Paris de 1867 et commandée en bronze cette année-là pour Central Park, New York (aujourd’hui Central zoo du parc); et une Lionne exécutée en quatre exemplaires après 1869 pour les entrées côté cour du Carrousel du Louvre.
Cain continue d’exposer régulièrement au Salon jusqu’à l’année de sa mort, 1894. En 1869, il reçoit la Légion d’honneur et est nommé officier de cette prestigieuse organisation en 1882. Comme Antoine-Louis Barye avant lui, Cain se distingue par sa génération pour le succès à la fois en tant que sculpteur monumental et en tant que fondateur de ses propres bronzes en série. L’œuvre de Cain reflète une préoccupation égale pour l’art «élevé», industriel et décoratif; l’artiste a cherché à être représenté au Musée des Arts Décoratifs ainsi qu’au Musée du Luxembourg, tous deux à Paris. Son travail prolifique à petite échelle affiche une variété stylistique qui est absente des projets publics à grande échelle, une différence qui suggère un respect des modes artistiques – travail public élevé contre objets privés informels. L’œuvre monumentale de Cain l’aligne étroitement avec Barye dans la grandeur majestueuse qui accompagne son naturalisme, que les sujets soient au repos ou dramatiquement actifs. Ses commandes prestigieuses, sa diversité et sa productivité, ainsi que la qualité même de l’œuvre de Cain ont rehaussé le statut du travail animalier. Même avec son importance reconnue dans les années 1850, il est resté une classe ségréguée et subordonnée au sein de la hiérarchie professionnelle des sculpteurs.

Frédéric Focht 1879-?
Il est né à Paris le 17 juillet 1879.
Il étudie auprès de Falguière et expose au Salon en tant qu’artistes français au tournant du siècle.
Il obtient la médaille d’honneur en 1900.
Il se spécialise dans les portraits en buste de l’aviateur Mermoz, les reliefs mais sculpte également de nombreux monuments aux morts à Lor et Carcassonne après la première guerre mondiale.
Il était également un chanteur d’opéra de renom.

Siméon Charles Joseph Foucault,
dit Siméon Foucault (né le 3 mai 1884 à Nantes – mort le 26 août 1923 à Paris) est un sculpteur français, il a reçu le Grand Prix de Rome en 1912.
Admis à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 1904, il fut l’élève de Louis-Ernest Barrias et de Jules Coutan.
Une sculpture en bronze de Foucault a été présentée à l’Exposition internationale de Paris dans le pavillon de l’Ambassade de France de la Société des Arts. Tête de faune.

Maurice Guiraud Rivière (1881 – 1947)
Il est né à Toulouse en France. devient sociétaire du Salon où il expose ses oeuvres dans les années 1920 et 1930. A 15 ans il est marin et à 20 ans il devient acteur.
Sa carrière de sculpteur a commencé à Paris lorsqu’il a étudié à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris où il a étudié avec Antonin Mercier.
Il expose aux Salons durant les années 1920 et 30. Il a travaillé dans de nombreux médiums, produisant des peintures et des dessins pour des magazines à cette époque. Ses bronzes ont été produits par Etling et Cie & Les Neveux de Lehmann.
Ses pièces en céramique ont été produites par Sèvres et il a également conçu des pièces pour la société Robj.
Il vend plusieurs pièces à l’État français pour la Ville de Paris en 1926.
Cela comprenait Enigma, l’une de ses pièces les plus célèbres. Voir des exemples de son travail ici.

Pierre Le Faguays, 1892 – 1962.
Pierre le Faguays est né à Nantes, il étudie auprès de Vibert à l’École des Beaux-Arts de Genève,
Il était un sculpteur français de figures féminines élégantes, de danseuses, de monuments, de céramiques et de lampes figuratives, travaillant dans un pur style Art Déco.
Pierre Le Faguays a attiré l’attention du public avec ses premières expositions de figures de danse exubérantes. Il participe à sa première exposition au Salon de la Société des Artistes Français en 1922 où il reçoit une mention honorable en 1926 et une autre mention honorable dans la section Sculpture, en 1927. Il utilise 2 pseudonymes ainsi que son propre nom ; Fayral sur ses pièces d’art en métal et Pierre Laurel sur certaines de ses sculptures en bronze. Fayral était un nom de famille, sa femme était Raymonde Guerbe et nombre de ses sculptures d’art en métal ont également été produites par la fonderie Le Verrier. Le Faguays était un sculpteur de premier plan et son travail est souvent loué pour sa grande qualité et son souci de la précision anatomique. Il travaille le plus souvent sur modèle vivant, ce qui donne des sculptures très dynamiques de femmes en mouvement avec Marcel Bouraine, il réalise également des dessins pour Goldscheider à Paris sous le label ‘La Stele’. Il travaille plusieurs médiums dont le bronze, le régule, l’ivoire , pierre, bois, albâtre et céramique. Le Faguays a étudié avec son ami Max Le Verrier et était un bon ami de Marcel Bouraine. La fonderie Le Verrier a produit de nombreuses statues Le Faguays en métal d’art. Tous les trois avaient étudié ensemble aux Beaux Arts de Genève et sont restés amis pour la vie. . Après la Seconde Guerre mondiale, il se retrouve peintre sur la place du Tertre à Montmartre.
Pierre Le Faguays est décédé en 1962.

Paul-Philippe 1870 ~ 1930
Né à Thorn en Pologne, il devient l’élève d’Antonin Larroux lorsqu’il s’installe à Paris. Il expose avec succès dans tous les salons français. Philippe a travaillé à la fois dans les styles Art nouveau et Art déco; travaillant le bronze, le bronze et l’ivoire et l’ivoire pur, ses personnages sont recherchés dans le monde entier par les collectionneurs. Parmi ses œuvres les plus reconnues figurent « Le Réveil » – l’éveil, Ballet Dancer et « Radha ».

Irénée René Rochard 1906 ~ 1984
Né à Villefranche sur Saône en 1906, sa mère était peintre et son frère était l’acteur-chanteur Armand Mestral. Rochard a choisi le cours d’une vie d’artiste et s’est tourné vers la sculpture animalière pour, comme il disait, « rendre hommage aux animaux ». A sa sortie de l’École des Beaux-Arts à l’âge de 22 ans, il remporte le premier prix pour une sculpture de panthère grandeur nature et de nombreux autres prix et récompenses se succèdent tout au long de sa carrière. Dans les années 1920, Rochard rencontre fréquemment d’autres sculpteurs animaliers, dont François Pompon et Edouard Sandoz.